Screenshot_2022-04-12-12-27-18-12_e2d5b3f32b79de1d45acd1fad96fbb0f copie.jpg

SI SEULEMENT LA NUIT

D'après SI SEULEMENT LA NUIT d'Atiq Rahimi et Alice Rahimi

(Editions P.O.L)

Adaptation— Atiq Rahimi, Alice Rahimi et Gaëtan Vassart

Mise en scène — Gaëtan Vassart

Avec Atiq Rahimi et Alice Rahimi 

(Production en cours)

 

Durée: 1h20

SI SEULEMENT LA NUIT

L’écrivain Atiq Rahimi publie avec sa fille Alice, un très beau livre joliment intitulé  Si seulement la nuit, correspondance, (P.O.L), fruits de leur correspondance pendant le confinement de la Covid.

Pendant le confinement de 2020, le père et la fille ont engagé une correspondance, étant confinés séparément. L’exil, la politique, l’art ont traversé l’histoire de cette famille. 

Atiq Rahimi décrit l'histoire de sa famille exilée lors de sa fuite de Kaboul tandis qu'Alice s'interroge sur son identité et sur l'avenir. C’est  Si seulement la nuit, qui encapsule ce récit.

Si seulement la nuit a depuis sa sortie remporté un succès critique ( Télérama, L'Obs, Elle...) 

 

Atiq Rahimi est un romancier et réalisateur de double nationalité française et afghane. Il a reçu le prix Goncourt le 10 novembre 2008 pour son roman Syngué sabour. Pierre de patience. Sa littérature et son cinéma évoquent l’éloignement, “un sentiment qui déchire l’individu et l’oblige à se réinventer en même temps”. 

Alice Rahimi, sa fille, est une actrice française, formée au Conservatoire de Paris, elle a joué dans plusieurs films dont récemment Les nuits de Mashhad de Ali Abasi.

 

L’HISTOIRE:

 

Confinés séparément, le père et la fille ont entretenu un échange épistolaire en 2020 pour s'encourager, raconter à l'autre son quotidien et se donner des nouvelles rassurantes. Mais très vite leur correspondance, émouvante et drôle, s'assombrit, vire à l'écriture tourmentée de soi, et s'engage dans le récit d'une famille bouleversée par la politique, l'exil et l'art.

Le père, écrivain et cinéaste d'origine afghane, est incapable d'écrire un mot de fiction, de reprendre l'écriture de son roman. Il se croit alors enfermé dans un monde virtuel. Sa fille, née en France de parents exilés, étudiante en art dramatique, s'interroge sur son identité réelle. Ce sont ses mots et ses interrogations, à elle, qui ramène son père à la réalité du monde actuel, et à la réminiscence de son passé douloureux, volatile. 

Le passé ressurgit entre eux comme un fantôme encombrant, et que le père et la fille ont bien du mal à partager. Alors que les nouvelles de l'Afghanistan sont chaque jour de plus en plus angoissantes, le père parvient à raconter ce qu'il n'avait jamais dit à sa fille : la fuite de Kaboul, l'invraisemblable périple jusqu'au Pakistan, la famille, les amis abandonnés ou disparus.
           Ainsi deux générations, en s'écrivant, racontent le monde, la vie et les sentiments d'une famille exilée. Le père vit dans la nostalgie et l'inquiétude des événements, la fille s'interroge sur son identité et veut croire en l'avenir. Une transmission est-elle encore possible ? Et derrière les mots échangés, qui se révèle ? et qui se cache toujours ?

 

 

 

– Qu’est-ce qui est plus rapide que le vent ?

– La pensée.

– Qu’est-ce qui peut couvrir toute la terre ?

– L’obscurité.

– Qui sont les plus nombreux, les vivants ou les morts ?

– Les vivants, parce que les morts ne sont plus là.

 

– Un exemple de défaite ?

– La victoire.

 

Extrait de Si seulement la nuit, Atiq Rahimi et Alice Rahimi

 

 

     

Capture d’écran 2022-02-09 à 09.42.39.png