"Retours en loge" par Agnès Santi                                                                                                                                                                                                     

      A partir du parcours de la comédienne Sabrina Kouroughli, Gaëtan Vassart imagine un dialogue à  suspens entre une danseuse et une figure paternelle plurielle. Une interrogation profonde explorant  les chemins escarpés d’une quête artistique, qui est aussi quête d’identité.                                                

     Après avoir brillamment réussi le défi de porter à la scène Anna Karénine, Gaëtan Vassart s’inspire dans  ce nouvel opus du parcours de l’une des comédiennes de la pièce : Sabrina Kouroughli (interprète de  Kitty), qui étudia d’abord la danse au Conservatoire de Lyon avant d’intégrer le Conservatoire National  Supérieur d’Art Dramatique de Paris, puis de participer à de multiples créations théâtrales de haute  tenue.         

     A travers ce spectacle, c’est la condition même de l’artiste qu’il interroge, et le cheminement souvent  tortueux qui accompagne cette recherche à la fois entière et fragile. Oscillant sur un fil ténu entre  désir et doute, espoir et douleur. Le père de la comédienne a quitté le foyer lorsqu’elle avait six ans ; à  partir de cet abandon, l’auteur et metteur en scène imagine les retrouvailles du père avec sa fille.    Hannah, danseuse étoile, se démaquille dans sa loge lorsqu’un homme frappe à sa porte… L’irruption    dans ce refuge secret d’une figure paternelle plurielle - père fantasmé, mentor autoritaire à la manière  de Diaghilev avec Nijinski, confident, pianiste accompagnateur, amant… -  oblige la jeune fille à  questionner sa quête artistique. Interprété avec justesse par Sabrina Kouroughli et Armel Veilhan,  ponctué de respirations musicales et dansées, le dialogue  a quelque chose d’une « danse  amoureuse », sur le fil entre fiction et réalité. Il interroge avec finesse le rapport à soi et au monde  lorsque s’affirme le désir de l’art. Un désir qui rend profondément vivant !